SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

venin miraculeux

mygale-2012

 

Le venin de cette araignée pourrait être miraculeux contre la douleur.

ANTIDOULEUR – Isolée, une toxine du venin de la mygale peut être un puissant analgésique. Une morsure de mygalepeut être très douloureuse et se prolonger sur plusieurs jours.

Son venin, neurotoxique, peut même être mortel. Pourtant, des chercheurs australiens démontrent qu’en isolant une toxine, appelée ProTx-II, son venin peut devenir une alternative aux antidouleurs.

Les conclusions de cette surprenante étude ont été présentés par les chercheurs de l’université de Queensland (Australie) lors du 60ème congrès annuel de la société de biophysique, qui s’est tenu à Los Angeles du 27 février au 2 mars 2016. Ils démontrent que la toxine ProTx-II de la mygale (Thrixopelmapruriens), qui se trouve au Pérou, peut cibler certains récepteurs du cerveau et permettre ainsi d’inhiber la sensation de douleur.

Le rôle de la membrane des neurones à prendre en compte

Ces travaux sont les premiers à décrire le potentiel de la toxine de façon aussi détaillée. « Jusqu’àprésent, les études reconnaissaient l’activité inhibitrice des toxines du venin mais elles ont ignoré le rôle potentiel de la membrane cellulaire dans leur activité », explique Sonia Troeira Henriques, co-auteure de l’étude. En clair, la toxine se lie aux récepteurs de la douleur situés dans la membrane des neurones pour agir comme un antidouleur. Pour mieux comprendre ce mécanisme, les scientifiques ont utilisé des techniques d’analyse 3D pour analyser la structure de la toxine et comprendre son action sur la membrane des neurones. « Nos résultats montrent que la membrane des neurones joue un rôle important dans la capacité de ProTx-II à inactiver les récepteurs à la douleur. En attirant la toxine vers elle, elle augmente la concentration de ProTx-II près des récepteurs de la douleur ainsi que ses chances de fixation », précise la scientifique.

Cette nouvelle étude offre de nouvelles perspectives pour soigner les douleurs chroniques ou les neuropathies (les lésions au niveau d’un nerf). Les traitements actuels permettent de soulager la douleur dans un temps limité et surtout, ils ont de lourds effets secondaires. Ils endorment et sont très additifs.

 

A lire aussi

La lutte contre la drogue est du ressort de tous

Par Clairia Kankundiye Le sevrage aux stupéfiants est un combat de longue haleine. Des modifications …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *