Une école moderne construite en faveur des réfugiés burundais

ecole

12 500 enfants réfugiés burundais se trouvant dans le camp de Mahama vont commencer l’année scolaire 2016, primaire et secondaire, en Février avec les autres élèves rwandais.

12 500 enfants réfugiés burundais se trouvant dans le camp de Mahama vont commencer l’année scolaire 2016, primaire et secondaire, en Février avec les autres élèves rwandais.
Après 6 mois de classe de mise à niveau de ces enfants réfugiés au programme scolaire du Rwanda, une nouvelle école primaire et secondaire est ouverte en leur faveur, tout près du camp, dans le district de Kirehe, en province de l’Est du pays.
Dans la cérémonie d’ouverture officielle de cette nouvelle école moderne, le représentant des réfugiés a présenté pas mal de préoccupations, y compris les enfants qui étaient au stade d’entrer à l’université ou bien ceux qui y étaient déjà dans leur pays de provenance. Sur ce, et la Ministre chargée des réfugiés, Mme Séraphine Mukantabana, et le représentant du Haut-Commissariat pour les Réfugiés, le Dr Azam Saber, ont répondu ne pas les avoir oubliés, mais que la question est en cours de résolution, qu’ils envisagent même de construire une université dans ce secteur, en leur faveur.
Les réfugiés qui ont précédé ceux du Burundi avaient la seule chance de clore leurs études au cycle inférieur de l’école secondaire. Mais là, Mme Séraphine Mukantabana fait savoir que le problème a été résolu, et que tout réfugié a une chance égale à n’importe quel autre enfant au Rwanda de continuer ces études jusqu’à la fin.
Reste seulement un problème d’entrer à l’université qui doit se résoudre directement par le Ministère de l’éducation. Et là ce n’est qu’y passer et remplir tous les dossiers nécessaires.
La nouvelle école ouverte officiellement à l’égard des réfugiés burundais comprend 112 salles de classes, 153 salles de toilettes et une chambre secrète des filles adolescentes. Cette école a la capacité d’accueillir 14800 élèves.
Tous ceux qui prenaient la parole à l’occasion de ces cérémonies d’ouverture officielle de la dite école demandaient aux parents de veiller à ce que tous les enfants ayant atteint l’âge d’aller à l’école d’y aller sans faire l’école buissonnière.
Le Dr Azam Saber voit ceci, d’un autre côté comme un remède au taux de grossesses non désirées qui augmente constamment chez de jeunes filles réfugiées n’ayant rien à faire pour le moment que de rester dans leurs tentes à attendre de petits cadeaux apportés par de jeunes garçons venant de gagner quelques sous dans des travaux de construction.
Pour clore les cérémonies, tous les enfants qui iront à l’école cette année ont reçu un sac à dos remplis du matériel scolaire nécessaire pour y aller. Et ils auront droit à un dinner de midi chaque jour à l’école.

 

 

Radio Isango Star

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *