SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Des anciens combattants en situation d'handicap regroupés dans le site de Gifurwe

Semaine du combattant : une fête qui divise

A l’occasion de la célébration de la semaine nationale du combattant, le gouvernement appelle aux anciens combattants à lutter contre la pauvreté. Parallèlement, ces derniers plaident pour une amélioration de leurs conditions de vie.

« La célébration de la semaine dédiée au combattant concerne tous les burundais. Tout le monde doit agir ensemble pour protéger le pays et ses frontières mais également combattre la pauvreté qui est le principal ennemi du pays », martèle le chef de l’Etat Evariste Ndayishimiye, lors du lancement des activités de ladite semaine. Dans les cérémonies marquant cette commémoration qui se déroulaient à Gifurwe dans la commune Mpanda de la province de Bubanza, le secrétaire général adjoint du parti CNDD-FDD, Joseph Ntakarutimana souhaite quant à lui un Burundi meilleur, paisible et sans division.

Des anciens combattants en situation d’ handicap regroupés dans un site non loin du cimetière Mpanda à Gifurwe déplorent plutôt les conditions de vie déplorable auxquelles ils font face : « Nous sommes ici depuis bientôt sept ans, des maisons ont même déjà commencé à s’effondrer par le fait qu’elles ont été construites sur une pente et sur un sol instable. En plus nous, nous ne sommes pas connectés au reste du monde par manque d’infrastructure routière », souligne Dieudonné Niyonzima, responsable de ce site. Niyonzima trouve plutôt que le plus important n’est pas les cérémonies commémoratives, mais plutôt la mise en place d’un cadre règlementaire pour un bon accompagnement dans leur situation d’ handicap, et demande au ministère de la défense et des anciens combattants d’agir pour améliorer leurs conditions de vie.

A ce sujet, l’Association de Développement des Militaires Handicapés, ADMH, appelle à une bonne organisation de l’activité pour que cette commémoration réunisse tout le monde, anciens combattants issus des anciens mouvements rebelles et ceux issus des anciennes forces gouvernementales. « Si cette fête devait être bien organisée, elle réunirait aussi les combattants issus des partis et mouvements politiques armés (PMPA) y compris les anciennes forces armées burundaises (FAB). Or jusqu’à présent, nous constatons qu’elle est organisée pour une seule partie des anciens combattants qui sont ceux issus du parti CNDD-FDD. Nous constatons donc que cette fête est orientée vers les anciens combattants alors que tous ne sont pas concernés en réalité. » Martèle le président de l’ADMH, Cassien Bizabigomba.

L’ADMH propose plutôt   au président de la République de bien planifier cette fête pour que cette commémoration soit célébrée comme les fêtes des héros de l’indépendance et de la démocratie à l’instar du prince Louis Rwagasore et le président Melchior Ndadaye.

A lire aussi

Encore une année d’enquête sur le Burundi

Le conseil des droits de l’homme des Nations-Unies a prolongé d’une année le mandat de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *