SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Se protéger et faire du commerce, savoir concilier les deux

Les femmes exerçants le commerce surtout le commerce transfrontalier ne doivent pas arrêter leur business par le fait que les frontières sont fermées selon le gouverneur de la province Makamba, d’autant plus qu’elles sont les plus touchées par la pandémie covid-19 par rapport aux autres.

« Tout le monde est au courant que le coronavirus menace le monde. Les burundais ne sont pas aussi épargnés. L’important est de savoir que des efforts doivent être conjugués pour mener un combat commun. Si le gouvernement a décidé la fermeture des frontières, c’est dans l’optique de lutter contre la propagation de cette pandémie, d’autant plus que les frontières en constituent une porte d’entrée. » précise Françoise Ngozirazanye gouverneure de la province Makamba.

La gouverneure de cette province rappelle qu’avant la mesure, la province avait connu des cas de coronavirus, mais qui se sont par la suite stabilisés après que des mesures ont été prises dont la fermeture des frontières. « Nous nous réjouissons que tous les cas qui ont été testés positifs ont été soignés sans faire de victimes, » poursuit-elle. A cette période, les gens avaient la peur au ventre. Nous nous sommes donc investis pour mettre à la disposition de la population des policiers chargés de veiller à ce que les gens n’effectuent pas de mouvements de part et d’autre de la frontière et éviter ainsi de propager le virus.

Même si ces femmes doivent travailler pour répondre aux besoins de leurs familles, la gouverneure de la province Makamba Françoise Ngozirazanye souligne cependant que poursuivre leur métier constitue un besoin mais rappelle que le métier s’exerce par celui qui est en bonne santé.

Au niveau de l’Initiative Momentanée des organisations de la société Civile contre la Covid, des séances de sensibilisation doivent être tenues pour que les populations des provinces frontalières du Burundi comprennent le bien fondé d’être, plus que les autres, vigilantes pour lutter contre cette pandémie.

La grande partie de la population de Makamba vie de l’agriculture et du commerce surtout du commerce transfrontalier notamment en Tanzanie et en République Démocratique du Congo.

Check Also

Grogne des tambourinaires de Gishora

Un groupe de tambourinaires de Gishora en province de Gitega déplorent ce qu’ils qualifient d’injustice …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *