SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Se déplacer la nuit dans la ville de Gitega, un véritable cauchemar

Depuis l’interdiction de circulation des taxis motos au-delà de 18 heures dans la capitale politique burundaise, leurs conducteurs plaident pour la reconsidération de cette mesure car ils affirment ne plus avoir de recettes suffisantes pour le versement journalier à leurs employeurs mais aussi pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Il en est de même pour les habitants de cette ville où la moto et le vélo restent les seuls moyens de transport intra-urbains. L’autorité provinciale défend la nécessité du maintien de la mesure des heures actuelles par des raisons de sécurité.

Les motocyclistes œuvrant dans la ville de Gitega demandent que les heures services et de circulation soient prolongées jusqu’à vingt-deux heures au moins, soulignant qu’ils travaillent à perte depuis qu’une mesure a été récemment prise par le gouverneur de la province de Gitega, les obligeant à suspendre leurs activités à partir de 18h. « Nous n’arrivons plus à gagner assez d’argent pour les recettes que nous versons à nos employeurs » se lamente Léopold Girukwishaka. Cette situation a des répercussions sur la vie des familles : « trouver les frais de loyer, de ration, ainsi que les frais de soins de santé est problématique, » renchérit Xavier Horugavye un motocycliste du centre-ville de la capitale politique.

Absence de transport en commun 

De même, les résidents de la ville de Gitega se plaignent qu’ils éprouvent des difficultés pour se déplacer. Les moyens de déplacement font défaut durant la soirée avec la récente mesure qui interdit la circulation des motos. Cette décision vient empirer la situation du moment que toutes les tentatives de doter cette ville des véhicules de transport en commun qui assurent la liaison entre le centre de la ville et les différents quartiers ont échoué. « L’agence de transport Volcano Express avaient essayé d’effectuer le transport urbain mais en vain, cela n’a duré que quelques temps » regrette E.N. un citadin. Notons aussi que la croissance à grande allure de cette nouvelle capitale impose aux citadins d’habiter dans les zones éloignées du centre-ville, avec comme conséquence la nécessité des moyens de transports en commun.

Une mesure prise pour renforcer la sécurité

Le gouverneur de la province Gitega Venant Manirambona précise que la mesure portant interdiction de circulation des motos au-delà de dix-huit heures a été prise pour des raisons de sécurité. « D’expérience, certains motocyclistes transportent des bandits, des objets volés, y compris des stupéfiants comme du chanvre » indique cette autorité. Cette dernière demande plutôt aux motocyclistes de signaler aux responsables administratifs et aux forces de l’ordre tout passager suspect.

Check Also

Une des salles de classe de l'Ecofo Nyabunyegeri emportéé

Une matinée noire à Nyabunyegeri

15 écoliers gravement blessés ainsi que 128 maisons détruites dont 2 salles de classes à …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *