SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Quid de la propreté et de l’embellissement de Bujumbura

Des constructions « anarchiques » détruites dans les différentes communes de la ville de Bujumbura n’ont pas la cote auprès des propriétaires. Des commerçants qui se disent lésés, réclament une prolongation du délai de déménagement ou une délocalisation vers d’autres emplacements.

Ce projet de démolition de constructions anarchiques rentre dans les objectifs de salubrité et d’embellissement de la capitale économique Bujumbura que l’autorité municipale s’est fixée. Ces activités ont démarré le 25 janvier 2021 dans la zone Kamenge. Des propriétaires des constructions démolies le lendemain en zone Buyenzi, déplorent la manière dont l’activité de démolition leur a été signifiée « un préavis de mise en demeure qui nous a été adressée était en langue française, alors que je ne comprends pas cette langue. » note M.Z.

Quant à E.H, il   souligne « On ne nous a donné que cinq jours pour avoir quitté les lieux. Maintenant nous ne voyons pas où aller. Nous allons nous retrouver à la rue. Nous demandons qu’ils nous indiquent un autre emplacement pour que l’on puisse continuer à travailler » renchérit N.A propriétaire d’une boutique démolie. Pour B.R, elle s’inquiète de la destruction de son kiosque alors qu’elle avait tous les documents exigés et délivrés par la mairie « moi j’ai une autorisation qui me permet d’exploiter cet espace pour cinq ans et ce délai n’est pas encore écoulé ni le contrat résilié ». Des commerçants précisent que si cette destruction de leurs magasins se basait sur un projet de développement du pays, ils ne s’y opposeraient pas si un délai supplémentaire leur était accordé pour le déménagement de leurs marchandises.

L’administrateur de la commune Mukaza Rénovat Sindayihebura regrette que les commerçants qui ont des conventions avec la Mairie les outrepassent « ce qui m’inquiète c’est que les commerçants qui ont des contrats à des fins commerciales abusent de ce privilège en faisant des constructions en dur. » Ce responsable communal toutefois, tranquillise les commerçants qui travaillaient dans la légalité de saisir l’administration communale pour dégager une décision consensuelle et d’ajouter que ceux qui veulent travailler dans la légalité, que des espaces surtout dans les différents marchés de la commune, sont disponibles.

L’activité de démolition des constructions qui dépassent les poteaux électriques et celles érigées sur les canaux d’évacuation des eaux de pluies dans la commune Mukaza, s’inscrit dans le programme de la mairie de Bujumbura de rendre la ville propre et accueillante, pour faire face à la question de l’insalubrité dans la capitale économique du Burundi. Dans l’optique de rendre la ville attrayante, des projets de renforcement de l’éclairage publics sont aussi en cours d’élaboration comme il a été confirmé par le maire Jimmy Hatungimana.

A lire aussi

Elèves de l'école fondamentale

Faible niveau du français dans les écoles au Burundi

Des éducateurs s’inquiètent du faible niveau du français dans certaines écoles alors que c’est la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *