SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Quand la Covid-19 menace la cohésion des ménages

Le commerce transfrontalier en commune Gisuru a été perturbé suite à la pandémie du coronavirus, obligeant les femmes qui l’exercent à loger dans les hôtels en attendant d’être servies en marchandises. Le ministre de la santé souligne que la priorité reste toujours une bonne santé des citoyens, tout en précisant que les précautions nécessaires ont été prises pour que le commerce continue sans dommages collatéraux.

Les femmes exerçants le commerce transfrontalier à Gisuru en province Ruyigi qui se rendaient en Tanzanie pour faire leurs achats, sont contraintes depuis l’apparition de la covid-19 au Burundi, à s’approvisionner dans les provinces de Ngozi et Muyinga où elles sont obligées de loger dans des chambres d’hôtel alors qu’avant elles effectuaient un aller-retour.« Comme nous sommes sur la frontière, on se rendait en Tanzanie et on retournait très vite, ce qui nous permettait de nous occuper de nos familles, ce qui n’est plus le cas avec la mesure du gouvernement portant fermeture des frontières  », déplore Madeleine Minani, commerçante de Gisuru. Et d’ajouter « quand bien même on avait un nourrisson, on pouvait laisser le bébé et revenir sans s’inquiéter ». Pour Solange Inamahoro, se rendre dans les autres provinces du pays entre autres Muyinga et Ngozi pour s’approvisionner en marchandises constitue un défi.

Pour David Niyonzima, laisser sa femme passer une nuit dans une chambre d’hôtel ne lui cause pas de souci ; il s’en fiche des perceptions des uns et des autres qui le considère comme un homme soumis. Pour lui, c’est un phénomène inhabituel dans le voisinage auquel il faut s’adapter. Même si ces femmes signifient qu’elles sont souvent stigmatisées, elles persistent et témoignent  de leur prudence pour mettre en application les mesures barrières, pour éviter toute probable propagation du virus au niveau des ménages et de l’entourage.

Le ministre ayant la santé publique dans ses attributions, docteur Thaddée Ndikumana, signifie que le commerce doit continuer tout en évoquant les mécanismes déjà mis en place à travers « Ujilani mwema » et rappelle que les mesures déjà mises en place portant préventions de la pandémie du covid-19 doivent être respectées.

A lire aussi

Elèves de l'école fondamentale

Faible niveau du français dans les écoles au Burundi

Des éducateurs s’inquiètent du faible niveau du français dans certaines écoles alors que c’est la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *