SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Positive Attitude

0009

 

 

A l’heure où le Burundi patauge dans une crise sociopolitique depuis quelques mois, le blogueur Ezéchiel Ndayizeye ne partage pas la lecture de la situation avec le plus grand nombre et, parfois, il se pose des questions qui restent sans réponse et le révoltent.
Je me demande si je suis le seul à oser appréhender la réalité de cette façon. Et bien sûr, je ne doute pas qu’il y aura ceux qui ne manqueront pas de m’accuser d’être l’avocat du diable.

J’ai été plusieurs fois traité d’espèce d’ « Imbonerakure », comme si « être Imbonerakure » ou appartenir à la jeunesse du parti au pouvoir était synonyme d’« inhumanité ». Mais dans tous les cas, je reste fier de mes convictions.

Quand les réseaux sociaux ne parlent pas du positif.

La plupart du temps, sur les réseaux sociaux, parler d’un Burundi qui rayonne, qui avance malgré tout, qui renonce à ses vieilles mentalités pour affronter l’avenir avec une nouvelle vision, c’est une utopie.

Pourtant, il existe un Burundi fort, puissant, courageux …dont on ne parle jamais suffisamment sur ces réseaux. Je suis toujours étonné par le jugement de certains de mes compatriotes quand j’ose écrire sur « ce qu’on ignore volontairement ».

Beaucoup se complaisent à relayer des informations sur des jets aveugles de grenades et se noient dans l’oubli de toutes les belles réalisations. Quand j’ose raconter la beauté de mon pays, de décrire le courage et l’audace de ceux qui ne dorment plus pour son développement, certains me considèrent comme un traître, un vendu… juste parce je raconte le courage de ces Burundais qui participent aux travaux communautaires.
Interrogations accablantes
Sans blague… Entre celui qui dit que le pays brûle et celui qui dit qu’on avance, qui exagère ? A quoi sert de jouer l’aveugle si ce n’est embêter les bâtisseurs d’un Burundi nouveau ?

Quand est-ce qu’on aura le courage de reconnaître les bonnes réalisations accomplies pour s’en inspirer et continuer d’avancer ? Là, on dira que je suis manipulé, hélas !

Peu importe ! Mais j’ai toujours des questions sans réponse : quand est-ce qu’on aura le courage de parler du génie de ces jeunes qui, chaque jour, s’investissent pour se construire un futur radieux, de la force de ces mamans qui quittent toujours la campagne pour venir nourrir les gentlemen de la ville ?
Pendant que les autres cherchent à dominer le monde à travers la créativité et l’innovation, mènent des débats sérieux, certains d’entre nous rivalisent par leur diffamation. Qui d’entre les deux catégories est utile pour la future génération ? Changeons de mentalités !

Pensons positif !

A lire aussi

Au Ghana, la vaccination, nouvel « outil » contre les ravages du paludisme

Au Ghana, bien qu’encore à l‘étape expérimentale, le RTS,S, vaccin contre le paludisme permet tout de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *