SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Peur panique chez les éleveurs des régions de Mugamba et de Bututsi suite à la theilériose

Les régions naturelles Mugamba et Bututsi sont secouées par la fièvre bovine dite theilériose depuis décembre 2020. Des éleveurs de ces deux régions demandent au gouvernement de revoir à la baisse le prix des produits vétérinaires ainsi que l’introduction d’une carte d’assurance maladie pour bétail, afin de pallier à la propagation de cette fièvre. Des techniciens vétérinaires interpellent les éleveurs à la multiplication des séances d’aspersion pour en découdre avec cette pathologie.

« Cette maladie se développe durant la saison de pluies parce qu’en cette période, il y a la multiplication des tiques » précise un éleveur N.B. de la colline Nyakararo de la région naturelle de Mugamba et regrette que leur bétail soit frappé par la theilériose. Le technicien vétérinaire communal à Matana Alphée Ndihokubwayo qualifie cette fièvre bovine de normal car la maladie apparait souvent durant la période de forte pluie ; une saison propice à la multiplication des tiques.

La réduction de prix pour les produits vétérinaires est nécessaire

Des éleveurs de la colline Gitandu en commune Matana, inquiets de cette maladie et surtout du prix élevé des produits vétérinaires, proposent au gouvernement de revoir à la baisse le prix des produits importés. « Il y a des médicaments utilisés pour asperger les tiques mais aussi pour soigner les bovins présentant déjà des symptômes de la maladie. Ces médicaments sont vraiment chers par rapport à nos moyens. Que le gouvernement revoit à la baisse le prix des produits vétérinaires. » Martèle L.N de la colline Mugenduruko en commune de Mugamba.

D’autres éleveurs plaident pour une instauration de la carte d’assurance maladie pour le bétail comme il l’a été fait pour les personnes, afin de lutter contre la theilériose.

La multiplication des séances d’aspersion, un moyen efficace dans cette lutte

Alors que des éleveurs de bovins dans les régions naturelles de Mugamba et de Bututsi indiquent avoir enregistrés du bétail qui aurait péri par la suite de cette fièvre ; les techniciens vétérinaires proposent la multiplication des séances d’aspersion pour en découdre avec les tiques. « Les produits vétérinaires sont suffisants pour pallier à toute sorte de maladie du bétail. Que les éleveurs restent en contact avec les techniciens vétérinaires. » Note le technicien vétérinaire communal à Matana Alphée Ndihokubwayo.

Les bovins qui sont souvent conduits sur les collines pour brouter, sont les plus généralement exposés aux tiques.  Des techniciens vétérinaires tranquillisent qu’avec la mise en application effective de la politique de la stabulation permanente, certaines pathologies animales, y compris même la theilériose, pourraient diminuer sensiblement.

Check Also

Les habitants de Kabezi confrontés au manque de moyens de transport en commun

Grogne de passagers empruntant la RN3 menant vers la commune Kabezi de la province Bujumbura …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *