SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

L’Etat burundais se dote d’un nouvel organe pour le développement de la filière café du Burundi

Les associations et les sociétés œuvrant dans la filière café sont priées de remettre au nouvel organe de l’Etat, l’Office du Développement de la filière café (ODCA), tout le matériel à leur disposition afin de faciliter l’exécution de sa mission. Le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage met en garde les exportateurs du café qui n’ont pas rapatrié les divises.

Selon Deo Guide Rurema, ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, les préparatifs pour la campagne café 2020-2021 vont bon train, sauf que dans les prévisions, la production du café a été réduite au cours de la campagne 2019-2020 car en effet, sur 75 928,6 tonnes de café qu’on espérait produire, seules 47 845,6 tonnes de café-cerise ont été vendues. Le ministre rappelle qu’il a été constaté qu’il y a certains exportateurs qui ne rapatrient pas les devises, sous prétexte que les acheteurs n’ont pas encore payé le café vert exporté. Néanmoins, le café rapporte à lui seul dans les caisses de l’Etat, plus de 60% des devises issues des exportations.

De ce fait, pour manifester son réengagement, le gouvernement vient de créer un nouvel organe de l’Etat, l’Office de Développement du café du Burundi (ODCA), qui va désormais s’occuper de toutes les activités qui étaient confiées à des organes issus de la politique de désengagement de l’Etat dans la filière Café entre autres le CNAC MURIMA W’ISANGI, INTERCAFE, les SOGESTALS et SODECO. Ces associations et sociétés sont priées de remettre à l’ODCA tout le matériel mobilier, immobilier et roulant, les stocks des intrants et autres outils ainsi que l’outil industriel de production, afin de faciliter l’exécution des activités de la filière.

Des doutes chez certains 

Le ministre Rurema demande aux différents acteurs de la filière café de s’acquitter de leur devoir envers l’Etat, aux tiers et aux employés tant permanents que   temporaires. Cette décision tombe au moment où certains employés viennent de passer plus de 15 mois sans toucher leurs salaires. C’est notamment les cas des SOGESTAL Kirimiro, Ngozi. etc. Face à cette réforme, ces employés qui ne savent pas où aller se disent complètement déboussolés et craignent de se retrouver dans la rue.

Le ministre Deo Guide Rurema met en garde toute personne qui tenterait de constituer un obstacle à la mise œuvre de cette nouvelle politique, et rassure les caféiculteurs que durant la campagne café 2020-2021, l’Etat va fixer un prix un peu élevé à travers ce le nouvel organe, l’ODCA.

A lire aussi

La situation d’handicap n’est pas synonyme d’incapacité

Par Clairia Kankundiye Les personnes en situation d’handicap sont de plus en plus convaincues qu’exercer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *