SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Nouveaux cahiers de ménage en mairie de Bujumbura : Est-ce légal ?

Depuis le lancement officiel des nouveaux cahiers de ménages en Mairie de Bujumbura, des ménages ont effectivement commencé à s’en procurer. Certaines gens regrettent qu’ils sont obligés de payer pour l’enlèvement des déchets ménagers afin que les administratifs à la base puissent apposer leur signature dans leurs cahiers. Toutefois, ceci n’est pas la règle partout.

Payer les 3 000 francs ne suffit pas. Frustrés, certains habitants de la mairie de Bujumbura que nous avons rencontrés considèrent en effet qu’acheter le cahier de ménage en soi ne suffit pas afin d’être en ordre avec les instructions du maire de la ville de Bujumbura.  Explications. Le cahier ne devient valable que lorsque les administratifs à la base y ont apposé leurs signatures. Or, ces derniers conditionnent cet acte au paiement des frais pour enlèvement des immondices dans leurs localités. Tel est par exemple le cas au quartier Jabe de la zone urbaine de Bwiza en commune urbaine de Mukaza. Malheur alors au responsable de ménage qui se retrouve avec un cahier non signé par les administratifs à la base lors d’une fouille-perquisition. Il est en effet considéré comme quelqu’un qui n’en a pas. Avec ce que cela comporte comme conséquences fâcheuses notamment les amendes ou l’emprisonnement.

D’autres personnes informent par contre qu’aucune condition n’est exigée pour l’obtention des cahiers de ménage.  Untel que nous avons trouvé à Cibitoke livre en effet le témoignage suivant : « On paie trois mille francs à la banque puis on donne le reçu au chef du quartier qui, à son tour vous donne les cahiers. Aujourd’hui nous trouvons les cahiers de ménages chez les administratifs à la base »

Entre 2 000 et 3 000 Francs de plus

Les cahiers de ménage doivent coûter 3 000 FBu chacun selon Jimmy Hatungimana, l’actuel maire de la ville de Bujumbura lors de l’annonce de l’utilisation de nouveaux cahiers fin décembre 2020. Pourtant, nos interlocuteurs rencontrés à Bwiza et Cibitoke indiquent avec consternation que celui ou celle qui va chercher son cahier de ménage paie 6 000 ou 5000 FBu. Ce qui fait 3 000 ou 2 000 FBu de plus par rapport au prix officiel

Les prix réellement pratiqués sont ainsi exorbitants surtout que les gens ne s’attendaient pas à payer aussi pour les immondices. « Je suis allé chercher un cahier de ménage après avoir payé les 3 000 FBu annoncés et exigés à la Finbank. A ma grande surprise, le chef de quartier m’a demandé de payer aussi pour les immondices et que sinon il ne peut pas signer dans mon cahier. Je n’avais pas d’argent sur moi. J’ai été obligé de rentrer avec un cahier non signé », dit avec beaucoup de regrets un des habitants trouvés à Bwiza.

Un paiement injuste       

Certains de nos interlocuteurs qualifient ce paiement d’injuste. Pour eux, ils ne devraient pas payer pour un travail qui n’a pas été effectué d’une part, et à une société avec laquelle il n’existe aucun contrat qui les lie d’autre ne part. Auparavant les sociétés chargées d’enlever les immondices leur avaient expliqué qu’elles vont effectuer la collecte des immondices deux fois le mois. Le constat malheureux est qu’elles peuvent passer plus d’un mois sans les enlever. Des habitants soulignent qu’ils ne veulent pas s’opposer aux projets du gouvernement pour le développement. Par contre, ils proposent que les sociétés chargées de ce travail signent plutôt des contrats avec les demandeurs de service pour que chaque partie s’y conforme et honore ses engagements.

Aucune condition imposée

Lors du lancement officiel des cahiers de ménage le 6 janvier 2021, le maire de la ville Jimmy Hatungimana l’a répété et a mis en garde toute personne qui sera impliquée dans des actes de spéculation par rapport aux nouveaux cahiers de ménage. Cette autorité a indiqué haut et fort qu’aucune condition n’est posée pour se procurer de ces cahiers si ce n’est que le paiement de trois mille francs burundais.

Les nouveaux cahiers de ménage sont introduits pour faciliter le contrôle des habitants de la capitale économique. Un document dont même les étrangers doivent se munir.

La population espère que les administratifs à la base très zélés vont changer pour leurs faciliter la tâche dans l’obtention de ces cahiers.

Par Alice Ndayizeye

A lire aussi

Elèves de l'école fondamentale

Faible niveau du français dans les écoles au Burundi

Des éducateurs s’inquiètent du faible niveau du français dans certaines écoles alors que c’est la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *