SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Muyinga : Faible rendement agricole

Les agriculteurs de la province Muyinga à l’est du pays, déplorent une baisse de la production agricole due à différentes maladies de plantes. La direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage propose plutôt la plantation de cultures résistantes aux maladies et de signaler à temps l’apparition de maladies qui menacent leurs champs.

La pyriculariose pour le riz, la pourriture de la mole pour l’ancienne variété de bananier, la mosaïque pour le manioc, sont des maladies présentes en zone Kiyanza commune Mwakiro de la province Muyinga. « Ces maladies ont provoqué la baisse de la production agricole au cours de cette année » se lamentent Anne Munyana une agricultrice. « Actuellement le prix du kilo de farine est de 1200 alors qu’avant il était de 600 voire 500 francs burundais le kilo » regrette-t-elle.

Même si une nouvelle variété de bananiers a été introduite, ces agriculteurs déplorent que celle-ci nécessite une grande quantité de fumier dont ils ne peuvent tous se procurer : « le problème est que nous n’avons pas assez de moyens pour acheter des cheptels. Nous demandons un appui en ce sens pour que nous nous attelions à la plantation de cette variété de bananier d’autant plus qu’elle est plus productive. » Martèle U.M.

Les partenaires dans le secteur de l’agriculture dans cette région CARITAS Burundi et PRODEMA, ont donné par le passé des boutures de manioc résistantes à la mosaïque aux agriculteurs de la province Muyinga, mais ces dernières sont vétustes. « Ces boutures ne sont plus résistantes. Il faudrait que les partenaires nous octroient de nouvelles variétés plus résistantes ». Plaide A.H. un agriculteur.

Recourir aux plantes résistantes comme approche de solution

Le chef de colline Gahekenya de la zone Kiyanza reconnaît ces préoccupations et craint une période de vache maigre dans un proche avenir. Elie Ntamakuriro appelle plutôt à une diversification des plantes pour l’augmentation de la production agricole.

L’inspecteur phytosanitaire provincial de Muyinga Jean Claude Mbarushimana confirme l’existence de ces maladies dans presque toutes les communes de la province. Il ajoute même qu’une maladie dénommée l’ampiratinose attaque le haricot communément appelée « rufutamadeni », une variété très productive sur laquelle les habitants comptaient comme source de leurs revenus. Cet inspecteur conseille à la population de recourir aux variétés de plantes résistantes aux maladies et de dénoncer les maladies dès leur apparition.

A lire aussi

Burundi : 18 ans après, les rescapés du carnage de Gatumba réclament justice

La communauté Banyamulenge au Burundi demande justice, 18 ans après le carnage de Gatumba qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.