SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Manque d’eau potable à Bugabira

Les habitants de la commune Bugabira de la province Kirundo au nord du Burundi sont confrontés au manque d’eau potable. L’administration à Bugabira fait savoir que projet d’adduction est en cours pour trouver une solution durable à ce problème.

Selon les habitants de la colline Ruhehe de la même commune avoir de l’eau potable est un véritable casse-tête. Ils disent qu’ils passent de colline en colline, un bidon à la main à la recherche où trouver cette denrée rare : « Un bidon de vingt litres d’eau du lac Cohoha s’achète entre 300 à 400 francs burundais tandis que le même bidon d’eau forée est vendu à 500 francs burundais. » regrette D.M. Dans cette même localité à Kigina, l’eau est vendu comme tout autre denrée alimentaire. « Nous puisons l’eau à Ruhehe et je ne peux m’y rendre à pied parce que c’est loin, c’est à 2 heures d’ici, personne ne s’aventure à y aller à pied. Je suis donc contraint d’utiliser mon vélo. »

Risque accru de propagation de la pandémie Covid-19

Alors que la pandémie de coronavirus se fait parler d’elle, les habitants de la commune Bugabira se disent ne pas à mesure d’appliquer toutes mesures édictées par le gouvernement du Burundi, en particulier celle qui concerne le lavage des mains à l’eau propre et au savon, ce qui risque d’augmenter les cas de cette maladie. « Nous demandons que les autorités prennent en mains cette question, pour qu’’il y ait une adduction en eau potable. » renchérit R.I.

Un projet d’adduction est en cours

Le secrétaire exécutif permanent en commune Bugabira Jérémie Ndayishimiye, reconnaît que des obstacles ne manquent pas. « Ça fait plusieurs années que la commune connaît ce manque d’eau potable. Différents projets ont été initiés pour tenter de résoudre ce problème mais les efforts se sont avérés vains à cause de la guerre. La société Sogea- Satom s’était proposée de faire un forage pour atteindre l’eau de la nappe phréatique, mais par après il a été constaté que cette eau contenait des métaux pouvant nuire à la santé de la population ». L’administration à Bugabira tranquillise que le chef de l’Etat a déjà promis un montant de 5 million pour qu’il y ait cette adduction en eau potable.

La commune Bugabira, est l’une des sept communes de la province Kirundo, la plus affectée par ce manque d’eau potable car au moins 10% de sa population y ont l’accès.

Check Also

Des constructions sous menace à Gitega

Des propriétaires de parcelles à Rutegama dans la ville de Gitega craignent que leurs maisons …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *