SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Lutte contre la COVID-19 à Muyinga : une marque de satisfaction, mais pas question de baisser la garde

Se réjouissant de l’étape franchie dans la lutte contre la Covid-19, l’administration provinciale à Muyinga encourage les femmes au respect des mesures barrières en cette période où certaines frontières sont ouvertes et menace de sanctions à l’endroit de toute personne qui violera ces mesures.

Selon la cheffe de cabinet provincial à Muyinga, Denise Ndaruhekere, les femmes exerçant le commerce transfrontalier constituent le pilier au niveau des foyers, et leur rôle a été primordial dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. « Durant cette période où les frontières terrestres et maritimes sont fermées, pour éviter la propagation du Covid-19, certaines femmes qui pratiquaient le commerce transfrontalier n’ont pas baissé les bras. Mais, certaines d’entre elles ont opté de vendre des désinfectants et des savons pour renforcer la propreté. Tout cela entre dans le cadre des sensibilisations que nous avions mené » Précise la cheffe de cabinet.

La cheffe de cabinet précise cependant que n’eut été la conjugaison des efforts entre l’autorité administrative, les médias et la population y compris même ces femmes qui pratiquaient le commerce transfrontalier ; les pertes en vie humaine causées par le coronavirus, auraient été énormes.

Poursuivre les actions de sensibilisations

« Dans tout ce que nous faisons, nous devons rester dans la ligne tracée par le gouvernement pour lutter contre cette pandémie. Les messages que nous donnons à différentes composantes de la société rentrent dans cette ligne, et il faut redoubler d’efforts au moment où certains postes transfrontaliers sont en train d’être réouverts dont la frontière de Kobero en province Muyinga, » note Denise Ndaruhekere. La cheffe de cabinet signifie aussi que les femmes qui font le commerce transfrontalier, ne doivent pas se lasser dans la mise en application des mesures barrières prises pour empêcher la propagation du virus par le fait que les frontières sont ouvertes. Mais, plutôt elles doivent  tirer plus d’attention. Denise Ndaruhekere encourage ces femmes à servir de modèle pour que, selon elle, le pas franchi dans la lutte contre la pandémie ne soit pas réduit à zéro. Elle met en garde toutes les femmes qui trainent les pieds pour entrer dans cette logique et prévient que des sanctions seront prises à tout contrevenant.

 

 

Check Also

Les habitants de Kabezi confrontés au manque de moyens de transport en commun

Grogne de passagers empruntant la RN3 menant vers la commune Kabezi de la province Bujumbura …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *