L’intolérance politique au Burundi prend de l’ ampleur

Dans une interview accordée à la radio Culture le  lundi 8 avril 2019 Gaston Sindimwo 1er vice-président de  la République du  Burundi déplore la perturbation des activités  de  certains partis politique ainsi que les répressions faites par les agents de l’ordre et de sécurité voire certains administratifs à l’endroit des militants de ces formations. Le 1er vice-président de la République du Burundi fait savoir que l’intolérance politique  au  Burundi est une évidence. Gaston Sindimwo signale également que certains administratifs font l’excès de zèle et qui emprisonnent des membres des partis de l’opposition et appelle à ces  administratifs de laisser  la liberté aux autres partis afin qu’il y ait une compétition libre.  Il précise  que cela peut créer  des bagarres avant les élections et indique  qu‘on doit rompre avec l’esprit divisionniste. Le 1er vice-Président  demande  qu’il  y’ait une ouverture de l’espace politique au même pied  d’égalité des formations politiques.

L’intolérance politique est une évidence au Burundi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *