SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Le poste de frontiere de Gatumba

Le prix du certificat covid-19 pose problème

Le certificat covid-19 étant une condition pour sortir ou entrer sur le sol burundais, les femmes exerçant leur métier via le poste frontalier de Gatumba demandent aux autorités burundo-congolaise de revoir à la baisse le prix de ce certificat.

Le marché « Bujumbura City Market » dit « kwa Siyoni », connu comme point d’approvisionnement et de dépôt pour les marchandises en provenance et/ou à destination du Burundi et de la RDC, est aussi un centre où se rencontre les femmes commerçantes des deux pays. Mais, depuis que la frontière au niveau de Gatumba a été ouverte le 1er juin 2021, les frais exigés pour le certificat Covid-19 pose polémique. « Le certificat covid-19 exigé pour accéder soit sur le sol burundais ou congolais nous coûte cher : nous sommes contraints de payer quinze mille francs burundais pour les nationaux et trente dollars pour les étrangers au poste de Gatumba côté burundais, tandis que seulement cinq dollars pour les nationaux et dix dollars sont exigés côté congolais. » souligne Eugénie Kamikazi.

Déception chez certains transporteurs

Quelques jours après la réouverture du poste frontalier Burundi-République Démocratique du Congo, les opérateurs des agences de transport sont dans une déception totale car ils disent qu’ils s’attendaient à une reprise du mouvement de circulation intense sur cet axe. Contrairement aux attentes, la situation n’est pas différente de celle d’avant la réouverture du poste frontalier. Des chauffeurs travaillant dans ces agences déplorent les conditions difficiles pour l’obtention du certificat covid-19, de même que leurs clients.

Une revue à la baisse s’avère nécessaire

Les femmes qui opèrent de part et d’autre de la frontière de même que les chauffeurs, proposent une revue à la baisse des frais de ce certificat afin de faciliter les commerçants aux faibles capitaux, qui sont par ailleurs majoritaires, à poursuivre normalement leurs activités. « Ces prix vraiment nous handicapent. Nous voulons que les dirigeants puissent revoir ces prix pour faciliter le business. » plaide M.O un chauffeur.

Lors de la réouverture de la frontière de Gatumba, le ministre ayant la santé publique dans ses attributions et en même temps vice-président du comité chargé de la prévention et de la riposte contre la Covid-19 docteur Thaddée Ndikumana, avait indiqué que le dépistage et la prise en charge des personnes testées positives au Covid-19 sont coûteux, promettant toutefois que la demande de revoir à la baisse le prix du certificat covid-19 sera soumise au comité.

Check Also

Les habitants de Kabezi confrontés au manque de moyens de transport en commun

Grogne de passagers empruntant la RN3 menant vers la commune Kabezi de la province Bujumbura …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *