SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Le maïs hybride improductif à Ruyigi

Des producteurs de maïs de la province de Ruyigi regrettent enregistrer de faible rendement suite à l’utilisation de nouvelles variétés de cette plante. Ces cultivateurs proposent qu’avant l’introduction de nouvelle variété une étude du sol soit effectuée au préalable.

Ces producteurs de maïs des différentes localités de la province Ruyigi, à l’Est du pays, affirment enregistrer une faible production de nouvelles variétés de maïs hybride notamment celle dite Sidco. Ces cultivateurs déplorent cette baisse :« Je cultive la variété Sidco depuis l’année dernière. J’en ai eu un certain rendement.  Mais cette année la production n’a pas été celle escomptée. Les grains sont de très petites tailles. » précise A.N une cultivatrice.  Une situation qui désole ces producteurs d’autant plus que les conditions de semis restent inchangées « nous avons utilisé pourtant le même genre de fumier l’année dernière et l’année en cours » martèle I.G un producteur de maïs.

A côté de ce rendement, les cultivateurs de maïs s’indignent de la cherté de ces semences sur le marché. « Les nouvelles variétés hybrides coûtent chères. Une unité de mesure d’environ un kilogramme coûte quatre mille francs burundais » fait savoir E.R. qui ajoute que cette situation n’est pas du tout aisée pour eux.

Un recours au maïs naturel envisagé

Ces agriculteurs indiquent qu’ils prévoient recourir au maïs traditionnel naturel pour le premier semis de la saison culturale A suite à ce mauvais rendement « cette improductivité du Sidco m’afflige. Je pense revenir à l’utilisation de l’ancienne variété et j’espère une amélioration de la récolte. » renchérit O.W.

Les producteurs de maïs proposent que l’introduction de nouvelles variétés de maïs soit précédée d’une étude du sol avant la vulgarisation de ces variétés. Des fois une variété peut donner une production agricole qui n’est pas la même alors qu’il est produit dans de mêmes conditions.

A ce propos, un moniteur agricole de la commune Butezi de cette province Donatien Manirakiza reconnait que seules deux variétés de maïs existent sur le marché local, à savoir le maïs hybride produisant des grains de grandes tailles mais dont les semences ne peuvent être réutilisés et le maïs composite qui possède des grains de petites tailles  avec des semences tout de même réutilisables. Ce moniteur appelle les agriculteurs à choisir une variété moderne appropriée à leurs terres cultivables avant chaque semis.

Check Also

Grogne des tambourinaires de Gishora

Un groupe de tambourinaires de Gishora en province de Gitega déplorent ce qu’ils qualifient d’injustice …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *