SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Elevage-des-abeilles-a-Ruyigi

L’apiculture, un secteur à développer à Ruyigi

Des apiculteurs de la province Ruyigi appellent l’implication des pouvoirs publics pour le développement de ce secteur, qui pourrait être source d’emploi en faveur des jeunes chômeurs, pour enfin contribuer dans le développement du pays d’une manière générale. L’administration dans cette province incitent les apiculteurs à se regrouper en association pour relever différents défis.

Selon les apiculteurs de la province Ruyigi (Est du Burundi), une des régions qui pratiquent l’élevage des abeilles, ce secteur reste miné par de nombreux défis alors qu’il pourrait contribuer dans le développement du pays. Les jeunes soulignent eux-mêmes que c’est un secteur potentiellement à même de les embaucher pour enfin pallier au problème de chômage. « L’apiculture est un bon métier que j’ai longtemps apprécié depuis mon enfance et je pense qu’en me servant des connaissances acquises à l’école, je pourrais apporter ma contribution pour son développement », précise Richard Nduwayo, jeune diplômé de la commune Gisuru. Evariste Minani déplore que « ceux qui pratiquent l’apiculture pour le moment sont des gens âgées qui utilisent des méthodes traditionnelles. Nous aimerions avoir plus de connaissances dans ce domaine, mais malheureusement, il n’y a pas d’organisations pouvant appuyer les apiculteurs. ». Les jeunes notent également un manque de confiance qui les empêche à se réunir en association, « on ne peut pas travailler avec des gens d’origines diverses dont vous ne connaissez pas les véritables intentions », ajoute Audace Niyonzima.

Le responsable communal de l’élevage en commune Bweru quant à lui met un accent particulier sur les efforts déjà consentis pour sensibiliser les apiculteurs à travailler en associations, même si Jean Claude Manirakiza ne nie pas que ce secteur reste confronté à un manque de projets d’appui. « Certains pratiquent l’apiculture dans des endroits inappropriés, près de plantes qui n’ont pas de fleurs desquelles les abeilles tirent le pollen et le nectar, ce qui rend faible le rendement.  Donc même s’ils font de l’apiculture, ils ne connaissent pas le bon emplacement des ruches. » précise ce responsable. Concernant les cas de vol du miel qui sont signalés dans certaines localités, les responsables administratifs appellent les apiculteurs à se réunir en association pour surveiller leurs ruches.

L’élevage des abeilles se fait d’une manière traditionnelle sur différentes collines de cette province par des apiculteurs qui produisent du miel, dont une partie est réservée à la consommation locale et une autre pour approvisionner les villes comme Gitega et Bujumbura. Il y a également d’autres apiculteurs qui produisent de l’hydromel (boisson à base de miel) ou de la cire qui est exportée vers la Tanzanie voisine pour la fabrication des bougies.

A lire aussi

Quand la Covid-19 menace la cohésion des ménages

Le commerce transfrontalier en commune Gisuru a été perturbé suite à la pandémie du coronavirus, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *