SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

La RN3, une route complètement délabrée

Les usagers de la route nationale Bujumbura-Nyanza-Lac (RN3) déplorent le mauvais état de cet axe de circulation, une préoccupation que soulève aussi les conducteurs qui déplorent les coûts élevés pour réparer leurs véhicules et plaident pour une réhabilitation en toute urgence. La direction générale de l’Agence Routière du Burundi fait savoir que les travaux de réparation vont bientôt démarrer.

La route nationale numéro trois est un axe de circulation qui relie la capitale économique du Burundi aux provinces méridionales de Rumonge et Makamba. Les usagers se lamentent que la route endommagée ne rend pas aisée la circulation : « les véhicules tombent souvent en panne à la fin du trajet. Nous enregistrons de grandes pertes avec les réparations incessantes. Les frais alloués aux réparations des véhicules sont élevés, nous travaillons à perte » souligne T.N. Les conducteurs de véhicules de transport en commun indiquent que leur état de santé et celle de leurs clients est menacé : « c’est difficile et risqué de transporter des personnes avec des maladies rénales. Nous sommes obligés de conduire doucement. Les femmes enceintes ne peuvent en aucun cas emprunter cette route car elles courent un risque d’avortement », martèle O.H.

La plupart de ceux qui empruntaient cette route préfèrent faire un détour en passant par l’axe Bujumbura Source du Nil (RN7) pour se rendre à Makamba ou Nyanza-Lac. La RN3 a été endommagée à plusieurs endroits par les eaux du lac Tanganyika, par l’érosion ou encore par les glissements de terrains. Les usagers de cette route plaident pour une réhabilitation d’autant plus qu’ils ne cessent de s’acquitter de toutes les taxes exigées.

Le directeur général de l’Agence Routière du Burundi révèle que des pourparlers avec des entreprises de construction et les bailleurs sont en cours pour des réparations des tronçons Nyanza-lac – Rumonge, Rumonge – Gitaza et Gitaza – Bujumbura « les négociations sont avancées, au courant de l’été les travaux devraient commencer » indique Régis Mpawenayo Directeur Général de l’Agence Routière du Burundi.

Check Also

Kazirabageni : Un ménage crie secours

Un ménage qui se réclame victime d’une expropriation de la colline Kiderege, zone Kazirabageni de …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *