La réussite des élections, une clé d’un système démocratique

Le manque de culture politique démocratique constitue un réel défi pour pouvoir établir un système démocratique. Le professeur d’université en science politique, Denis Banshimiyubusa trouve que les leaders politiques doivent servir de modèles à leurs militants et en inculquant les valeurs démocratiques.

 

Partant de l’expérience des précédentes élections organisées au Burundi de 2005,2010 et 2015 ; les élections de 2020 diffèrent du fait que les candidats en lice, en grand nombre, espèrent gagner l’électorat, surtout que le président sortant n’est pas candidat à sa propre succession. Le fait de cumuler les trois grandes élections la présidentielle, législatives et les communales remonte les enjeux. L’on se retrouve donc dans une période charnière où chaque candidat cherche à tout prix à gagner les élections, ce qui fait qu’avec cette intensité, les leaders essaient de mettre tout le paquet possible, y compris même malheureusement l’intolérance politique qui débouche même à la violence.

 

La violence comme moyen de démonstration de force

« La force physique n’est pas la force politique à moins que les deux soient confondues. La force physique se fait remarquer au niveau du nombre de gens que l’on a, mais aussi niveau du nombre de personnes élues à l’issue d’une élection. Donc le pays n’a pas cette culture politique démocratique profonde qui n’est pas enracinée dans les mœurs, et cela amène parfois à tomber dans un piège de violence croyant que le plus fort c’est celui qui a raison », fait savoir Professeur Denis Banshimiyubusa.  Selon ce professeur, cette violence politique observée à chaque fois qu’il y a les élections montre à suffisance le manque de maturité politique et donc de la démocratie.

Pas confondre élection et démocratie

« Aller dans les urnes est une chose et instaurer un régime démocratique est une autre », ajoute Banshimiyubusa. Les élections de 1961 jusqu’en 2015, ramènent à réfléchir sur les moments qui en ont suivi, mais le politologue reste optimiste que les élections peuvent servir de clés pour arriver à une démocratie fiable. C’est la période des élections qui parfois devient des moments de confusion entre la force physique et politique et propose la tolérance et la loyauté. Le politologue appelle au leaders politique de toujours mettre en avant l’intérêt du pays avant de pause tout acte que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *