SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

La pénurie de carburant paralyse les activités de pêche dans le lac Tanganyika

Les pécheurs du lac Tanganyika se disent préoccupés par le manque de carburant, une situation qui une incidence sur leur activité. Ces pécheurs déplorent que la situation ait été aggravée par la mesure prise par le ministère ayant l’Energie dans ses attributions interdisant les stations de servir les personnes se présentant avec un bidon.

Ces pêcheurs opérant sur différentes zones de pêche se disent être affectés par la mesure prise par le ministère ayant l’énergie dans ses attributions portant interdiction d’approvisionnement en carburant dans des bidons a fait qu’ils ne peuvent pas continuer à exercer leur activité. « Depuis l’annonce de la mesure portant interdiction de servir le carburant dans des bidons, nous travaillons à perte car aucune station n’accepte de nous servir. Nous avons même présenté une autorisation délivrée par le ministère de l’énergie mais sans succès » confirme E.M.

Les pêcheurs qui se sont confiés à la radio Culture soulignent que des pertes enregistrées sont énormes, que se ce soit du côté des familles que du pays. « Nous travaillons vraiment à perte. Avant, chaque bateau pouvait débarquer à bord avec au moins deux caisses pleines de poissons. Alors imaginer si plus de trente bateaux sont toujours coincés sur les bords par manque de carburant ! Non seulement que nos familles sont affectées mais aussi le consommateur est touché. » Retorque O.M. Ils appellent les autorités à l’intervention pour trouver une solution à ce problème

Le responsable de la plage de pêche dit « Olympique » confirme cette préoccupation des pêcheurs et appelle le ministère de l’énergie à revoir la mesure prise pour que les pêcheurs soient servis en carburant au niveau des stations.

Selon les informations recueillies auprès des pêcheurs, le Burundi dispose d’au moins 17 plages de pêche avec plus d’un million de bateaux dont ceux munis des moteurs à carburant.

A lire aussi

« Pas de métier tabou, pourvu que ça rapporte de l’argent »

Selon Nimbona Claudine, femme exerçant le métier de taxiwoman, il n’y a pas de métier …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.