La malnutrition chronique, un danger pour le pays

L’organisation Parole et actions pour le réveil des consciences et l ‘évolution des mentalités se dit inquiet par la malnutrition infantile   qui se remarque à travers le pays. Dans un  point de presse animé ce mardi, Faustin Ndikumana président de cette organisation non gouvernementale locale fait savoir qu’environ 58% des enfants burundais sont  dans une malnutrition  chronique.

Faustin Ndikumana signale également qu’il s’observe d’ une insuffisance calorifique qui est  fixée pour l’instant  à 2100 kilocalorie en moyenne au niveau mondiale alors  qu’elle à 1600 en  moyenne au  Burundi. Il en de même pour l’insuffisance alimentaire qui aujourd’hui 7 sur 10 burundais ont un problème de satisfaction alimentaire.

Le président de la PARCEM déplore le silence des autorités du pays par rapport à cette situation car selon lui, le seuil   d’alerte à l’OMS  est de 40%  et rappelle le rôle majeur de ces autorités est d’au moins connaitre que le problème est une évidence et de l’ assumer.

Cet  homme de la société civile lance un appel vibrant à l’endroit des décideurs du  pays et ceux qui vont gérer le pays dans l’avenir de s’attaquer à cette situation afin de faire face à ce fléau qui hante le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *