SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

La contraception n’est plus une option mais une grande nécessité

pil

2.5% est le taux d’augmentation de la population burundaise chaque année. S’estimant à plus de 11 millions actuellement, la population sera double en 2050, selon une étude présentée, ce mercredi 19 octobre, par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP-Burundi) en collaboration avec l’Isteebu. Pire, les jeunes représentent un effectif important, d’après Nicolas Ndayishimiye, Directeur général de l’Isteebu.

Cette étude sur le «dividende démographique», l’avantage que pourrait tirer le Burundi d’une maîtrise de sa fécondité et de sa mortalité est présentée dans le but de sensibiliser les Burundais sur l’importance de la contraception. Cette dernière est la seule solution pour diminuer le taux de fécondité qui est à 6 enfants par femme, selon le DG de l’Isteebu.

« Un pays composé d’une population bien éduquée, en bonne santé, où il y a de l’emploi et moins de jeunes personnes à charge est celui qui a le plus grand avantage de développement », affirme le représentant du FNUAP-Burundi à l’atelier.

Selon lui, le petit nombre d’enfants par ménage conduit généralement à des investissements importants et plus de liberté pour les femmes d’entrer dans le monde économique.

En 2017, le dividende démographique sera le thème du sommet de l’Union Africaine, selon ce représentant du FNUAP. C’est dans ce cadre que se réalise cette étude.

 

 

 

 

Iwacu

A lire aussi

Rester chez soi, une option pour faire face au covid-19

Le confinement constitue un moyen pour faire face au Covid-19. Toutefois, il a des effets …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *