SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

La canalisation des eaux de la rivière Kinyankonge : une urgence pour les sinistrés rassemblés à Mubone

Les résidents de la colline Mugaruro de la zone Buterere en Mairie de Bujumbura, victimes d’inondations actuellement rassemblés à Mubone ancien chef-lieu de la commune Mutimbuzi, plaident pour une canalisation de la rivière Kinyankonge qui est une menace pour eux.

Contraints à l’abandon de leurs ménages suite aux pluies diluviennes de ces derniers jours, les sinistrés rassemblés à Mubone précisent qu’ils ne sont pas du tout épargnés du danger, tant que la rivière Kinyankonge ne sera pas canalisée. L’assistance en eaux et en vivre ne suffit pas.

Ces habitants de la colline Mugaruro s’indignent du déménagement forcé auquel ils sont obligés d’effectuer chaque année, suite aux débordements des eaux de cette rivière qui perd son lit habituel de façon récurrente et envahissent les ménages. « Nous sommes vraiment fatigués par ces inondations répétitives.  Nous implorons le gouvernement d’intervenir le plus rapidement possible pour prévenir d’autres probables dégâts », martèle une femme d’une trentaine d’années portant son enfant dans ses bras. Même son de cloche chez un autre jeune homme d’un air fatigué : Que le gouvernement et les organisations humanitaires nous viennent en aide en nous octroyant du matériel, nous sommes disposés à donner notre contributions à travers la main d’œuvre, pourvue que la canalisation de la rivière Kinyankonge démarre, afin de couper court aux inondations devenues un danger perpétuel pour nos ménages».

Une coupure de liaison avec les autres localités imminente

Julien Manirakiza, chef de quartier Mugaruro, se dit inquiet d’un risque d’isolement de la localité si rien n’est fait, notamment avec les quartiers voisins comme kinama, Maramvya, Buterere et Mubone.

Des activités de canalisation de cette rivière qui avaient démarré par les sociétés SRDI (Société Régionale pour le Développement de l’Imbo) et Génie rural n’ont pas duré, ce qui fonde le désespoir des habitants.

Trois causes à la base de cette menace

Au niveau de la Plate-forme nationale de la Prévention et la Gestion des Catastrophes, les causes de ces inondations sont d’abord liées aux activités agricoles pratiquées le long cette rivière, l’extraction des matériaux de construction ainsi que la canalisation de certains canaux d’évacuation des eaux pluviales au niveau des quartiers Kinama qui n’ont pas été prolongé jusqu’à Buterere. « Il y a un grand problème : avec les activités de construction des routes pavées par la coopération technique belge dans les quartiers de Kinama et Kamenge l’aménagement des caniveaux pour évacuer les eaux de ruissellement mais la construction s’est arrêté à mi-parcours. C’est à partir de là que se sont arrêtées les activités que l’eau commence à perdre le chemin et envahit les ménages des quartiers Buterere. », précise Anicet Nibaruta vice-président de la Plate-forme de la Prévention et la Gestion des catastrophes.

Le ministre des travaux publics Jean Bosco Ntunzwenimana affirme être au courant de cette situation et précise que le gouvernement compte approcher les partenaires comme la Banque Mondiale pour le démarrage des activités de canalisation.

 

A lire aussi

Un parc national riche en biodiversité mais avec de nombreux défis

Le parc national de la Rusizi est un habitat qui abrite de nombreuses espèces animales …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *