SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Gitega: Des infrastructures menacées par des ravins

 Des infrastructures publiques et des maisons d’habitations sont menacées par des ravins suites à de fortes inondations qui s’observent à Gitega en cette saison pluvieuse. Quinze ravins ont déjà été répertoriés dans différents quartiers de la capitale politique du pays. L’administration à la base plaide pour une mise en place d’une commission permanente pour étudier les questions environnementales.

A travers la ville de Gitega, des pluies diluviennes suscitent de la peur chez les habitants suite aux dégâts engendrés par ces eaux. Un sentiment fondé sur le fait que cette forte pluie provoque des dégâts dont les ravins qui ne cessent de s’agrandir du jour au jour, menaçant ainsi les maisons d’habitation ainsi que différentes infrastructures d’intérêt public. L’exemple le plus éloquent est celui du quartier Nyamugari où après la jonction de la première et la deuxième avenue des maisons se sont écroulées ce qui a conduit la population au déménagement vers d’autres lieux. A la quatrième avenue de ce même quartier, se trouve un énorme ravin de plus de cent mètres de longueur et environ dix mètres de profondeur. Les habitants des environs révèlent : « nous ne savons plus sur quel pied danser. Si nous avions les moyens, nous aurions déjà quitté l’endroit pour nous installer ailleurs ».

La même menace s’observe également dans le quartier Shatanya, où ce phénomène des ravins hante les locaux de l’Ecole Internationale de Gitega, les locaux de l’école saint Paul VI et certaines habitations se trouvant dans le quartier Nyabiharage. Des habitants demandent aux autorités et autres organisation « d’agir dans les meilleurs délais afin de mettre fin à ce phénomène de ravinement qui constitue une menace sérieuse pour les habitant de la ville de Gitega ». Ces habitants demandent également aux entreprises qui construisent les routes de construire des caniveaux en amont et en aval.

Le chef de zone Gitega Usain Butoyi tranquillise les habitants du quartier Nyamugari quatrième avenue que l’entreprise de construction qui est en train d’aménager la route dans ce quartier se chargera de reboucher ce ravin d’autant plus que cela figure dans son contrat. Selon cette autorité à la base, les travaux de colmatage de ces ravins risqueraient d’engloutir d’énorme somme d’argent dont la commune ne saurait où les trouver. Usain Butoyi propose aux organes de prise de décision de mettre sur pied une commission permanente en charge d’étudier des questions qui ont trait à l’environnement.

A lire aussi

Elèves de l'école fondamentale

Faible niveau du français dans les écoles au Burundi

Des éducateurs s’inquiètent du faible niveau du français dans certaines écoles alors que c’est la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *