Du terrain de loisir au dépotoir

Longtemps servi d’endroit de loisir pour les citadins, le terrain de loisir du quartier 2 en zone Ngagara en commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura n’est plus. A la base de cette disparition, sont les immondices ainsi que les cultures d’amarantes.

L’endroit de loisir communément appelé le terrain de poroto situé au quartier 2 de la zone Ngagara est menacé par d’immondices. D’abord cette place abritait le marché provisoire, mais après avoir achevé les travaux de  réhabilitation de l’ancien marché se trouvant au quartier 3, certaines gens se sont arrogés le droit transformer ce terrain en dépotoir. D’autres y cultivent des amarantes. Tout cela se fait au su et au vu de tous, y compris même les autorités administratives. Les jeunes des différents  quartiers de cette zone, qui espéraient retrouver leur endroit préféré, se disent préoccuper et ne cachent pas leur mécontentement vis avis de cette occupation illégale.

Mal pour les uns, bonheur pour les autres. Ce terrain se transforme en une manne du ciel pour des gens en provenance  des quartiers périphériques du nord de la capitale économique  Bujumbura. Ces gens y viennent à la recherche de quoi mettre sous la dent.

Des maladies des mains sales à la porte

Les habitats des quartiers environnants craignent du risque de propagation des maladies surtout en cette période de pluie. Cette peur se fonde sur le fait que ces derniers jours des cas de choléra ont été signalés au quartier 5 de la même zone.

A coté de ces maladies, les habitats de ce quartier craignent également que ce terrain public ne tombe pas dans les mains des particuliers. D’autant plus qu’il y a ceux qui ont commencé à y pratiquer la culture des amarantes. Les mêmes habitats de ce quartier interpellent l’autorité à agir le plus vite  possible afin de sauver ce terrain qui avait longtemps servi d’endroit de loisir.

Le chef du quartier 2, Faustin NYAMBERE, partage les mêmes inquiétudes que  ces habitats, tout en précisant que cette question doit être traité et résolue au niveau de l’autorité hiérarchique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *