SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Détection et traitement précoces, une astuce pour guérir le cancer

Les personnes atteintes du cancer au Burundi éprouvent des difficultés à accéder au traitement curatif, une situation qui est souvent aggravée par l’insuffisance des centres de cancérologie. Toutefois, le ministère ayant la santé publique dans ses attributions annonce des mesures pour alléger leurs fardeaux.

Le cancer reste encore une maladie mal connue par la plupart des personnes et même chez certains médecins. « L’on traite parfois d’autres maladies avant de penser au diagnostic du cancer », regrette l’oncologue Alexis Manirakiza, et d’ajouter que le cancer se manifeste à un stade déjà avancé par des signes non spécifiques comme une fièvre constante, une faiblesse, ou encore de l’anémie répétitive.

La représentante de l’Association des Personnes Atteintes du Cancer APAC Agrippine Nyandwi, indique que les personnes qui veulent faire un dépistage rencontrent un certain nombre de problèmes, entre autres le coût des examens ainsi que le manque d’assistance de la part des sociétés d’assurances tant publiques que privées. « Ce n’est même pas facile d’accéder aux médicaments » déplore la représentante de l’APAC. Cette association demande au ministère ayant la santé publique dans ses attributions de faire le tout possible pour trouver solution à ces problèmes.

De l’espoir subsiste

Le ministère de la santé publique reconnaît qu’un autre pas reste à franchir, tout en soulignant, que tout ne saurait être réalisé par le gouvernement. Toutefois, l’assistant du ministre de la santé publique docteur Onesphore Nzigirabarya tranquillise : « une commission technique chargée de mettre en place un centre national de cancérologie au Burundi existe déjà, mais aussi un laboratoire d’anatomopathologie a déjà été mis en place même s’il n’est pas encore équipé ».

De nouveaux cas de cancer pourraient être réduits grâce à une prévention et une détection précoce selon le ministère burundais de la santé. Pour une réduction de nouveaux cas de cancer, ce ministère préconise une augmentation des sensibilisations pour la prévention de la maladie par tous les acteurs de la santé mais aussi une détection précoce et le traitement de la maladie.

L’oncologue Alexis Manirakiza interpelle ses confrères de pratiquer une biopsie pour vérifier si une tumeur est cancéreuse ou non avant toute opération d’enlèvement chirurgical de tumeurs.

Lors d’un congrès de cancérologues venus du monde entier tenu dans la ville de Chicago en 2019, il a été démontré que 50 à 60% des cancers peuvent être guéris lorsque la maladie est traitée à un stade qui n’est pas avancée. Lorsque le cancer atteint l’étape des métastases, les pronostics sont moins encourageants d’après ces chercheurs qui précisent qu’il existe de nouvelles stratégies thérapeutiques adaptées aux malades avec des métastases.

Check Also

Kazirabageni : Un ménage crie secours

Un ménage qui se réclame victime d’une expropriation de la colline Kiderege, zone Kazirabageni de …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *