SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Des transporteurs mobilisés face au Covid-19

4500 masques seront distribués par l’Association des Transporteurs du Burundi aux chauffeurs et aux convoyeurs pour se protéger et protéger leurs clients de la pandémie du coronavirus. Les responsables de l’ATRABU appellent les transporteurs au strict respect du port du masque, et aux passagers d’appliquer les mesures d’hygiène prises pour barrer la propagation du Covid-19. L’Association Burundaise pour la Défense des Droits des Malades plaide pour une multiplication des poubelles dans les lieux publics pour une bonne gestion des masques hors d’usage.  

Pour limiter la propagation de la maladie à coronavirus dans les transports en commun, le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida avait appelé les transporteurs surtout les chauffeurs et les convoyeurs à porter obligatoirement les masques, l’obligation aux passagers de se laver les mains ainsi que la désinfection des bus à chaque fois qu’ils arrivent au terminus.

L’Association des Transporteurs du Burundi a donc procédé au lancement officiel du port de masque obligatoire le 29 juillet 2020. « Cette campagne du port obligatoire pour les chauffeurs et les convoyeurs lancé à Bujumbura sera élargi vers d’autres centres de l’intérieur du pays. » Précise le secrétaire général de l’ATRABU Charles Ntirampeba.

« Nous demandons aux chauffeurs et convoyeurs de bien respecter le port du masque dans l’intérêt de leur santé. » Mentionne Jean Bosco Minani président de l’ATRABU. Des sanctions seront prises contre les récalcitrants en se référant au règlement d’ordre intérieur et aux statuts de l’ATRABU. Etant donné que ce serait violé une stratégie nationale de lutte contre la pandémie Covid-19, la police et l’administration seront impliquées pour punir les contrevenants.

Le secrétaire général de l’ATRABU signale cependant que la mesure portant désinfection des véhicules n’est pas encore mise en application du fait que c’est un travail qui demande beaucoup de moyens et qu’il faut donc qu’il y ait des concertations avec le ministère ayant la santé dans ses attributions pour voir son applicabilité.

L’Association Burundaise pour la Défense des Droits des Malades propose de son côté la disponibilité des poubelles dans les lieux publics. « Les autorités doivent prendre des mesures pour que les masques déjà utilisés ne soient pas jetés n’importe où, parce que d’autres maladies liées au manque d’hygiène pourraient se développer. » Martèle la représentante légale de l’ABDDM Donavine Kanyange.

 « Nous interpellons les gens de ne plus manifester un comportement de résignation dans la mise en application des mesures d’hygiène pour pallier à la propagation du virus. » souligne le ministre de la santé Thaddée Ndikumana.

Le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida demande à l’administration territoriale à disponibiliser les sacs poubelles dans les endroits qui accueillent beaucoup de gens notamment les parkings et les marchés.

A lire aussi

Sébatien Ntahongendera alias Mandarand

Le mélange des langues : vers une acculturation ?

Mélanger les langues risque de désintéresser son interlocuteur. C’est malheureusement ce que de nombreuses personnes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *