Des enseignants en colère

Certains enseignants membres de la Fondation pour le Logement des Personnels Enseignants ont observé un sit-in pour réclamer leur épargne ainsi que le respect de leur mesure de désengagement au sein de cette fondation. La fondation déplore l’attitude de ces enseignants, mais promet que certaines irrégularités observées vont être traitées avant la fin du mois.

Le nombre d’affiliés à la Fondation pour le Logement des personnels Enseignants (FLE) qui sont venus réclamer leur droit sont évalués à plus de 250 enseignants et viennent des différentes provinces du pays. Ils se disent fatigués de voir la fondation retirer à la source une somme de 12 mille francs burundais sans en être avisés, alors que lors de leur engagement la somme convenue était de 6 mille Francs Burundais chaque mois. De plus, certains d’entre eux ont déjà dressé une liste de désengagement, mais ce dernier n’est jusqu’à présent pas effectif. Ils déplorent aussi que bénéficier de crédit au sein de la fondation est quasi impossible alors que c’est un droit selon leurs propos.

Ces membres de FLE regrettent qu’ils aient tant sollicité la restitution de leur épargne mais sans succès et d’ajouter qu’actuellement ils sont classés dans des catégories pour bénéficier de leur épargne alors que cela fait longtemps qu’ils sollicitent la restitution de leur épargne.

La FLE désemparé par l’attitude de ces enseignants

La fondation FLE déplore le comportement de ces enseignants qui sont venus siéger à la fondation en précisant que l’augmentation de la cotisation résulte d’un commun accord entre les parties concernées. « Ce sont les enseignants qui ont demandé que le crédit accordé soit majoré, en raison du coût élevé du matériel de construction. Et d’ailleurs le crédit est passé de 6 à plus de 10 millions. » précise un des membres du conseil de la FLE, Emmanuel Mashandari.

La fondation souligne que les irrégularités qui sont observées concernent les enseignants qui ont été contraints de payer des crédits qu’ils n’ont pas contractés, mais que cela sera résolu avec la fin du mois d’août. Mashandari note aussi que la restitution de l’épargne pour les enseignants qui le souhaitent est systématique. Selon Mashandari la fondation a déjà octroyé des crédits à 6754 enseignants estimé à plus de 46 milliards.

Le SEPEDUC plaide pour les réformes au sein de la fondation

Le Syndicat des Enseignants des professionnels de l’Education « SEPEDUC » déplore la façon dont les enseignants sont traités au niveau de la FLE surtout pour ceux qui sont à la recherche de leur épargne. Le président du SEPEDUC Gérard Niyongabo dénonce le comportement des leaders syndicaux qui ont décidé de transiter les dossiers des enseignants qui demandent des crédits par les représentants de la Coalition Spéciale des Enseignants pour la Solidarité Nationale COSSESONA et par conséquent, les enseignants non syndiqués et ceux qui sont dans d’autres syndicats n’ont plus de place dans cette institution. 

Le SEPEDUC demande aux responsables de la FLE d’entendre les doléances des enseignants et ainsi le respect de leurs droits. Selon ce syndicat, la fondation a besoin d’être réformée, dotée de structures à la base pour la prise des décisions importantes. « Les autorités compétentes doivent suivre de près la gestion de la FLE suite aux rumeurs qui font état d’une probable gestion obscure. » Martèle Gérard Niyongabo.

La Fondation pour le Logement des Personnels Enseignants réunit plus de 15 800 membres depuis sa création, chacun verse 12 mille francs burundais chaque mois dont 2 mille comme frais de fonctionnement de la fondation et 10 milles comme épargne.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *