SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Comment les forêts survivent aux incendies

foret

Des feux de forêt font des ravages un peu partout dans le monde ces temps-ci. La Californie a déclaré l’état d’urgence en raison d’un gigantesque incendie qui a consumé plus de 12 000 hectares de forêt en seulement 24 heures et a provoqué l’évacuation de dizaines de milliers de personnes.

En France, 3000 hectares de garrigue sont parties en fumée près de Marseille, et 1100 hectares dans les Pyrénées-Orientales. Ces flammes, une fois éteintes, laissent des paysages sinistres de troncs squelettiques et noircis derrière elles. La bonne nouvelle: ces forêts ont une étonnante capacité à résister et à se régénérer. Les forêts méditerranéennes, par exemple, renaissent littéralement de leurs cendres.

A chaque arbre, sa stratégie propre. Certains ont tout simplement la « peau dure ». Le feu ne parvient pas à pénétrer jusqu’aux tissus vivant du tronc, explique Xavier Morin, chercheur en écologie forestière au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive du CNRS : « Le chêne-liège, par exemple, a développé une écorce très épaisse qui lui permet de résister, de survivre à des feux de surface en forêt. »

Pour survivre aux incendies : la régénération

De nombreuses espèces s’adaptent en se régénérant, une fois que le feu est passé. Un exemple surprenant: le pin d’Alep, une espèce qui repousse rapidement et qui a même besoin du feu pour se reproduire: « Dans les cônes, les graines sont contenues dans des gaines de résine qui fondent sous l’effet du feu : c’est ça qui libère les graines après le passage de l’incendie. Là, c’est vraiment l’exemple d’une espèce qui s’est adaptée au feu au niveau même de son processus de régénération. »

D’autres exemples de régénération : les souches de certains arbres produisent directement de nouvelles pousses : « A partir de la source brûlée, étant donné que le système racinaire est intact, l’arbre refait des tiges rapidement. Là, c’est typiquement le cas, en zone méditerranéenne, des chênes verts, des chênes kermès ou encore de l’arbousier. »

Le cas extrême : la végétation se transforme

Grâce à ces mécanismes, les forêts ne meurent donc pas. Des études ont montré que, le plus souvent, les forêts méditerranéennes repoussent même à l’identique. Sauf si la fréquence des incendies augmente, et c’est l’un des effets du changement climatiques, explique Xavier Morin: « Dans ces cas extrêmes, on peut même faire basculer le système écologique. Certaines espèces ne pourront plus se régénérer et certaines forêts vont donc évoluer vers d’autres types de formations végétales comme les maquis ou les garrigues. »

 

 

RFI

A lire aussi

Un parc national riche en biodiversité mais avec de nombreux défis

Le parc national de la Rusizi est un habitat qui abrite de nombreuses espèces animales …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *