Bujumbura : Flambée du prix de charbon

 

Dans moins de deux mois, un sac de charbon qui s’achetait à 20 mille BIF est vendu entre 35 mille à 40 mille BIF. L’Association Burundaise des Consommateurs demande au gouvernement de fixer un prix officiel comme il l’a déjà fait pour les autres produits.

Selon les utilisateurs du charbon, le prix  de ce produit ne cesse de grimper  du jour au jour. Ce qui constitue une préoccupation pour les consommateurs, car une unité de 500 Fbu de charbon est passée à 1000 Fbu et cette unité ne peut pas préparer le repas. Une autre inquiétude aussi des utilisateurs est que s’approvisionner en charbon en mairie de Bujumbura est un parcours du combattant. Cette situation ne pas sans conséquence chez les vendeurs qui reçoivent les clients au compte-gouttes.

Des disputes incessantes

« Nous sommes parfois confrontés à des difficultés pour convaincre nos clients qui ne sont pas satisfaits par nos prestations. Ils insistent parfois et nous jettent le tort comme quoi la quantité et l’argent payé ne pas compatible. » souligne J. Claude Ndikumana un des vendeurs du charbon. Selon les mêmes vendeurs à la base de cette situation, serait dû à la forte pluie à l’intérieur du pays qui rendent les axes de circulation glissant et les camions qui approvisionnent en charbon la ville de Bujumbura ne parviennent pas à accéder dans certaines localités. L’autre motif serait l’insuffisance du bois suite au faible reboisement au niveau des montagnes. Les utilisateurs et les consommateurs demandent l’intervention du gouvernement pour punir les commerçants spéculateurs.

L’ABUCO plaide pour une régulation du charbon.

Pour Pierre Nduwayole président de l’Association Burundaise des Consommateurs, les pouvoirs publics doivent intervenir pour une régulation de ce produit. « Le prix du charbon est monté dans des conditions inquiétantes alors que le pouvoir d’achat d’un consommateur continue à chuter. Le gouvernement doit intervenir pour mettre de l’ordre. » Ajoute Pierre Nduwayo. L’ABUCO souligne que les pouvoirs publics doivent réagir en fixant un prix officiel du charbon comme il réagit souvent dans les cas pareils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *