SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

BUCECO : La hausse des prix du ciment suspendue

Le ministère du commerce et de l’industrie a suspendu la mesure prise par la société « Burundi Ciment Company (BUCECO) » revoyant à la hausse le prix du sac de ciment. Dans sa correspondance du 04 janvier 2022 adressée à la direction générale de la société BUCECO, la ministre du commerce a qualifié cette décision d’unilatérale alors que la société bénéficie des avantages fiscaux et douaniers depuis 2008 prévus dans le code d’investissements miniers. A la fin de l’année 2021, la société BUCECO avait augmenté ses tarifs jusqu’à 3000 Fbu par sac.

Dans sa correspondance du 04 janvier 2022 adressée à la direction générale de la société de cimenterie BUCECO, la ministre du commerce madame Marie Chantal Nijimbere indique que BUCECO avait bénéficié des avantages fiscaux selon la convention signée le 03 avril 2008 dans le cadre du code des investissements au Burundi qui énumère les avantages accordés aux entreprises. Dans cette lettre, le ministère du commerce qualifie alors la décision prise par BUCECO de « brusqué » et « sans fondement « .

A cet effet la ministre demande aux responsables de cette société de cimenterie de sursoir d’abord à l’application de la décision qu’elle qualifie d’unilatérale et d’engager une concertation avec le ministère du commerce pour déterminer les modalités de cette révision tout en se basant sur le coût de production, la marge bénéficiaire ainsi que la capacité de production de la société.

Cette hausse est annoncée par la société BUCECO dans son communiqué du 30 décembre 2021, fixant les nouveaux tarifs du ciment. Ainsi, le prix par sac de 50 kg est passé de 24.500 BIF à 27.500 BIF pour le ciment 32.5R, tandis que le ciment 42.5R, le sac de 50 kg est passé de 30.000 BIF à 33.000 BIF. Donc, une hausse de 3.000 BIF par sac de 50 kg pour les deux sortes de ciment BUCECO.

Depuis le dernier semestre de l’année 2019, l’on assiste à la flambée répétitive des prix du ciment fabriqué par la cimenterie BUCECO. Sur terrain, certains commerçants détaillants parlent d’une fixation de prix influencée par le prix d’achat des commerçants grossistes. D’autres accusent la société BUCECO de produire une faible quantité de ciment.

La société Burundi Cement Company (BUCECO) quant à elle, balaie du revers de la main ces accusations. Elle parle d’une production suffisante. Tandis que le chef de l’Etat le président Evariste Ndayishimiye signifie que les nombreux chantiers en cours dans le pays qui exige beaucoup de ciment justifie cette insuffisance de l’offre qui s’observe et qui conduit à la spéculation sur les prix de ce produit.

A lire aussi

Ruyigi : Les filles à l’assaut au métier d’apiculture

Des filles sans emploi de la colline Nyarurambi en commune Butaganzwa de la province Ruyigi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.