SUIVEZ LA RADIO CULTURE EN DIRECT

Bubanza : 5000 hectares de champs de riz menacés

Les riziculteurs de la province Bubanza qui se servaient des eaux du barrage Gatura se lamentent après la destruction de ce dernier depuis le 31 mars de l’année en cours par les crues de la rivière Mpanda, qui irriguait plus de 5 000 hectares de champs de riz. Ces exploitants craignent le pire en cas de retard dans la réparation de ce barrage de Gatura. L’administration communale à Mpanda lance un cri d’alarme à toute âme charitable.

 Le barrage de Gatura en commune de Bubanza a été détruit par les eaux de la rivière Mpanda en crues, aucune goutte d’eau ne passe dans les canaux d’irrigation des champs de riz qui s’étendent sur plus de 5000 hectares dans les vallées de Randa, Kizina et Mpanda.

Les riziculteurs désespérés craignent que ces champs ne se dessèchent si rien n’est fait pour reconstruire ce barrage. « Le moyen pour réhabiliter ce barrage serait de faire recours aux machines qui remettraient la buse dans sa place. Celle-ci est même cassée ainsi que le bambou qui la soutenait. Nous n’avons pas d’autres moyens d’irrigation sauf si la pluie tombait. »

Au niveau de l’administration communale à Gihanga, Léopold Ndayisaba avoue que si trois semaines se passaient sans réparer ce barrage les pertes seraient énormes. « Si rien n’est fait, les riziculteurs auront du mal à récolter, parce que le riz va sécher » souligne-il et d’ajouter :« nous lançons un cri d’alarme à la SRDI pour la conjugaison des efforts et alerter tous les bienfaiteurs en matière de l’agriculture afin de sauver ces cultures dans les meilleurs délais. »

Quant à l’administration provinciale à Bubanza, le chef de cabinet tranquillise les agriculteurs en disant que des contacts ont été établis avec différents intervenants dans le secteur pour que cette question de réhabilitation de ce barrage soit résolue.

 

A lire aussi

Quand la Covid-19 menace la cohésion des ménages

Le commerce transfrontalier en commune Gisuru a été perturbé suite à la pandémie du coronavirus, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *