Les œuvres artistiques, un secteur à développer

Le travail des artistes burundais rencontre de multiples défis et mérite un soutien des politiques mais également des investisseurs, afin de pouvoir changer le visage du pays. Le gouvernement burundais salue le pas franchi par les artistes et promet de toujours soutenir ce secteur.

Selon Pélagie Kamikazi, potière en même temps vendeuse des produits artisanaux tels que les pots, les assiettes en bois, les perles etc., les œuvres artistiques produites localement sont mieux appréciées à l’étranger qu’au Burundi. Les burundais n’accordent pas de valeur à la production artisanale locale, une expérience que cette artiste tire des différentes foires et expositions dans lesquelles elle a déjà participé à l’étranger.

Des défis à relever

« Les expositions et les foires sont de grandes occasions pour ceux qui font du hand made. C’est une opportunité de vente et un cadre d’échange d’expérience avec d’autres artisans », fait savoir Pélagie Kamikazi. La difficulté majeure est que souvent les artistes ont du mal à acquérir les matières premières, chacun dans son domaine. Ils s’endettent parfois pour pouvoir produire et afin de pallier au manque de revenus et de la mévente de leurs produits.

Une autre barrière est que certaines gens jugent qu’investir dans ce secteur n’est pas rentable. Le manque d’une école d’art au pays pour appuyer les artistes constitue un réel défi pour pouvoir développer le secteur. Le secteur artistique est considéré par certaines gens comme étant le secteur qui embauche des gens sans niveaux d’études ou à niveau de scolarisation. La démographie galopante limite aussi le développement de l’artisanat par le fait que les marais sont presque occupés et empêche les fabricants de corbeilles, de paniers et des nappes d’accéder à la matière première.

Les artistes trouvent que le gouvernement devrait s’investir davantage pour faire du secteur artistique, un secteur qui embauche la jeunesse et qui fait partie des secteurs clés du développement du pays.

Le Directeur général de la Culture Aimable Nsanganiyumwami salue le pas franchi par le secteur, un pas louable grâce aux efforts fournis par le gouvernement à travers les activités organisées pour promouvoir la culture et encourager les artistes à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *