Monthly Archives: mars 2019

Suspension de deux médias internationaux œuvrant au Burundi

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est neeeee.jpg.

Les deux médias internationaux suspendus d’emmètre sur le sol burundais sont la BBC et la VOA. La VOA est suspendue temporairement jusqu’à ce que les responsables de cette dernière viennent régler le problème se trouvant entre la justice burundaise et un employé de cette  station ; tandis  que  la BBC est définitivement suspendu  pour avoir effectué un film jugé de mensonger  par le Gouvernement du Burundi comme l’indique Nestor  Bankumukunzi  président du Conseil National  de la Communication. Bankumukunzi  a également signalé qu’aucun journaliste  tant national qu’international  engagés par ces médias suspendus n’est autorisé à faire des reportages au Burundi avant le levé de ces  sanctions.

En période électorale un langage peut être bénéfique ou nocif

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est KAZIHISE.jpg.

Un langage adéquat  en période électorale joue  un  rôle important dans une société. C’est du moins ce qu’a indiqué Pierre Claver Kazihise, président de la Commission Électorale Nationale Indépendante dans un point  de presse  animé ce vendredi 29 mars 2019. Le président de la CENI a fait  savoir que ce n’est qu’à travers de ce que disent les gens naissent des conflits.  Pierre Claver Kazihise  précise également que  les paroles adressées à  une personne ont des effets  bénéfiques ou nocifs sur la personne à qui  elles sont adressées. Il signale que la préoccupation de la CENI n’est autre   que  la communication ne soit pas une source de conflit et demandent à tout le monde à savoir adopter le langage adéquat pour que la vie sociale soit meilleure.  

Appréhension des trafiquants d’héroïne à l’aéroport international de Bujumbura

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est NKURIIII.jpg.

Deux étrangers trafiquants de la drogue ont été appréhendés par la police nationale à l’aéroport international de  Bujumbura. C’était en date du 20 mars de  cette année comme le précise Pierre Nkurikiye porte-parole du ministère de la sécurité publique.  Pierre Nkurikiye a indiqué que ces trafiquants de  la drogue  étaient en possession de trois kg d’héroïne. Il également signalé que  deux  commerçants burundais en complicité ont été arrêtés lorsqu’ils étaient venus à l’aéroport  international de Bujumbura pour les accueillir. Pierre Nkurikiye demande la population burundaise d’être toujours vigilante car tous les blancs ne sont pas des bienfaiteurs.

Du mal au pire,déviation s’impose

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ntemako.jpg.

Les habitants du quartier de KUWINTEREKWA doivent être délocalisés dans le but de prévenir pour qu’il n’y ait pas de perte en vies  humaines suite  au glissement de terrain qui s’annonce  dans ce quartier. C’est  du moins ce que propose Antoine NTEMAKO,  président de la plateforme nationale pour la réduction des catastrophes  et lance un  appel vibrant à ceux qui cherchent des  parcelles de vérifier d’abord que le terrain ne   présente aucun  danger. C’était lors d’une descente effectuée ce  mardi à KUWINTEREKWA. Ce phénomène naturel  a déjà fait des  victimes et a provoqué des inondations des infrastructures  environnantes.

Renforcement de coopération bilatérale entre le Burundi et la Turquie

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est nyabenda.jpg.

Dans une audience accordée à Serap  ATAAY  ambassadrice de la Turquie au  Burundi ce jeudi, le président  de l’Assemblée  Nationale Pascal Nyabenda a fait savoir que le gouvernement  du Burundi compte renforcer la coopération bilatérale avec la Turquie. Cette coopération une fois renforcée,elle sera  bénéfique pour le Burundi précise le président de  la chambre basse du parlement. Il a également souligné que divers secteurs dont le secteur de l’éducation et celui du commerce vont connaitre l’essor grâce à cette coopération. Il y aura aussi d’échange d’expériences entre les deux pays Turquie et le Burundi précise toujours Pascal Nyabenda.

Relaxation et alarme

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FAUSTIN-1024x680.jpg.

 La Parole et Action pour le Réveil et l’Evolution des mentalités PARCEM salut la libération de ses trois membres représentants de cette ONG en province de  Muramvya arretés il y a à peu près une année. Néanmoins Faustin Ndikumana représentant légal de la PARCEM déplore la façon dont la justice burundaise retarde à libérer les détenus qui ont purgé leurs peine mais qui restent toujours sous les verrous. Le représentant légal de la PARCEM signale également que les procès d’arrestation sont  toujours caractérisés par des irrégularités. Il  demande au gouvernement de travailler en synergie avec différent  pour mettre fin à ce phénomène.

Pénurie de la farine se fait parler dans differents coins du pays

Cette hausse du prix de la  farine  servant à la fabrication des pains qu’on parle dans la province Bubanza, est due à la pénurie qui s’observe depuis quelques jours comme l’ont indiqué certains commerçants entretenus avec  la Radio Culture.Les mêmecommerçants font savoir qu’ils ignorent les mobiles de cette pénurie et demandent les instances habiletés à donner la lumière sur cette pénurie. Cette flambe des prix se fait  parler également dans la province de Ngozi au Nord du pays, en province Makamba au Sud du pays ainsi qu’en  Mairie de Bujumbura. Dans toutes ces circonscriptions,  les commerçant    indiquent ignorer les causes et signalent que cela est à l’origine de la flambée des prix de la farine. Le ministère du tutelle promet de s’exprimer ultérieurement sur ce sujet.

Vers la plainte contre les colonisateurs du Burundi

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est REVERIEN.jpg.

Lors d’une visite dans la province de Bubanza, le Président du Sénat Burundais Honorable Réverien Ndikuriyo déplore le comportement divisionniste créé par les colonisateurs en l’occurrence les Belges et les Allemands. De ce fait, le Président du Senat indique que le Burundi va porter plainte contre ces colonisateurs à partir du mois d’Aout pour réparer les dommages causés par la haine ethnique depuis l’1925. Il a également signalé que les pays qui ont colonisé le Burundi doivent coute que coute restituer en argent les 424 vaches arrachées comme une amande au roi Mwezi Gisabo lorsqu’il était au trône . Cependant Réverien Ndikuriyo lance un appel vibrant à l’endroit de la population burundaise d’abandonner et de chasser ce mauvais comportement divisionniste alimenté par les colonisateurs. Le président du Senat burundais demande à tout burundais à avoir une vision qui tend vers le développement du pays.

Les partis politiques doivent se mettre ensemble pour qu’il y ait de l’équibre aux élections de 2020

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est téléchargé.jpg.

‘’Seul le rassemblement des partis politique peut entrainer l’équilibre au niveau de la scène politique au Burundi’’ . C’est ce qu’estime Gaston Sindimwo premier vice-président de la République du Burundi lors d’une interview exclusive de ce jeudi 14 mars accordée à la radio Culture. Le premier vice-président signale qu’ il existe un déséquilibre remarquable au sein des partis politique agrées au Burundi et fait savoir qu’on ne peut aller aux élections de 2020 étant à 40 ou 43 partis. Il signifie plutôt que pour avoir de la force, il faut que les partis se mettre ensemble afin d’espérer à la victoire. Selon le premier vice-président de la République du Burundi, la force du pays  ne consiste pas  à s’ entredéchirer  mais plutôt se mettre ensemble au sein des partis politique pour faire face au déséquilibre qui s’observe .

Les experts onusiens sur le Burundi sont plus politiques qu’activistes

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est MARTIN.jpg.

Le ministère burundais des Droits de la personne humaine et du genre dénonce le contenu du rapport des experts onusiens de mensonger. C’est après une présentation de ce rapport auprès du conseil de l’ONU des Droits de l’Homme à Genève ce mardi 12 mars 2019 Martin Nivyabandi accuse cette commission d’être beaucoup plus politique qu’activiste en matière des Droits de l’homme. Le ministre Nivyabandi indique plutôt une avancée significative en matière du respect des droits de l’homme au Burundi. Il signale également que le rapport est commandité et que ce dernier ne peut en aucun cas contredire la décision du gouvernement burundais de laisser les soient disant experts d’entrer au pays et précise que le gouvernement du Burundi ne sera pas fatigué à expliquer à toute la communauté internationale la vraie situation en matière des droits de l’homme au Burundi. Le ministre Nivyabandi s’ étonne plutôt de ce rapport présenté par les experts onusiens alors qu’au mois de février et mars lors d’une cession des Droits de l’homme le Burundi a été encouragé dans sa mise en œuvre du plan national de développement en l’occurrence l’ONU.